Terreurs de la Caverne // "Les Lumières d'Altérion"
    1° Partie : Parler – Penser   
t%C3%A9l%C3%A9chargement%20(1)_edited.jp
        Traité  métaphysique :
Façons de parler, formes de pensées, façon de penser

1 – S’exprimer et formuler (Véritable et vrai)

  • Le rôle de la langue : des usages et une logique formelle.

  • Confusions à dépasser sur « oral » et « écrit ».

  • Insuffisance des significations sur « discours » et « parole ».

  •  Déduction des deux façons de parler fondamentales : expression d’un être et formulation de connaissances rationnelles.

 

2 – Les formes de pensées (Enoncer et décrire)

  • Des formes organisées mais qui ne sont pas des structures.

  • Une dynamique de l’interaction entre pensées par leurs formes.

  • Les possibilités d’entrevoir  l’informel sous-jacent au formel.

  • Description du vécu et évocation d’un sensible.

 

3 – Choisir et créer (Actes et oeuvres)

  • L’obligation, ou exiger d’agir par un choix qui engage une personne humaine.

  • Formes verbales et registres de langages pour une écriture.

  • Les actes justes, une conduite sage et le bonheur par la beauté.

 

4 – Le vrai et les autres vérités (L’authentique, la validité, la véracité, le véridique)

  • Le bon à comprendre : être authentique.

  • Le vrai à théoriser ou à problématiser : expliquer et admettre.

  • Le juste à reconnaître, pour exiger une légitimité.

  • Le beau à conquérir pour maîtriser (par véridique et validité rhétorique) ou ressentir un « univers » vérace.

 

5 – Le singulier avec l’universel (Individuel et personnel)

  • Pouvoirs du verbe ou puissance des détours (signal ou signification ; indices ou indications).

  • Fabulations de l’imaginaire ou descriptions par imagination (simulations ou simulacres)

  • Crédits par stéréotypes ou schématisation par modèles archétypes (symbolique ou symbolisation)

  • La langue est parole en même temps que structures, et le singulier est interpersonnel.

grotte2.jpg
Dans « Les Lumières d’Altérion »  : Tome 0 – "Le dixième projet", chapitre 1

Pose l’ensemble de l’ouvrage métaphysique par la constitution du Projet de Chemins sur huit espaces de formations (Le saga est un « roman de formation ». Acteurs et quête d’endroits sont présentés –six pôles d’activités étant développés par cette association (Formateurs, Créateurs, Exploreurs promouvant par ethnologie les ressources de sagesses des « peuples premiers » à actualiser, Chemineurs qui prospectent les initiatives solidaires innovantes (base de données de 4 millions d’entreprises), Enquêteurs qui informent sur une caste de milliardaires confisquant les richesses mondiales, et Prospecteurs qui initient des endroits de paix, d’égalité, de fraternité.

« Parler et penser » sera traité au Fort de Mars dans ce Tome 0 pour ce qui est de formuler une analyse critique qui fonde le vrai connaissable ; puis  au Domaine des Langages –qui détaille les vérités en fonctions de façons de parler (9 langages). Ensuite, Galaxigne fait découvrir le langage des images correspondant au N° 5 du Chapitre 1 de « Terreurs ». Outre « signaux, indices, simulacres et symboles », avec « stéréotypes / schèmes » et « imagination / imaginaire », Galaxigne, englobe une confrontation entre communication par propagande fabulatoire-publicité séductrice et information par une presse alternative aux gros médias.

Chapitre 1 : Dans la 2° Partie du Tome 0, la Grotte de la Squaw reproduit à sa façon la Caverne de Platon, mais s’appuie en même temps sur Descartes et Kant : étonnement socratique, doute cartésien et les 3 Critiques de Kant sont résumées à des Aspirants. Leur initiation à la métaphysique, destinée à fonder le vrai en limitant sa validité, à légitimer le juste par un choix d’obligation qui exerce notre liberté et à développer le jugement qui exerce notre ingéniosité technique et fait accéder au sentiment par la création de beauté. Les épreuves sont basées sur les exercices de déduction d’un « bon sens » présent intégralement dans la langue, que Jehan Mulheim, enseignant-chercheur en métaphysique a substitué à une « évidence » cartésienne sujette à caution, en ce qu’elle repose sur le don irrationnel consenti par un dieu parfait. Les exercices sur énoncés renvoient à un test pédagogique pratiqué dans les classes de Mulheim où il s’agit d’accéder au « vrai sens » de 50 termes dispensé par les 5 structures de la langue française interactives dans une combinatoire.

Phonétique, lexique, syntaxe et rhétorique sont à mobiliser pour atteindre les unités sémantiques : pas de synonyme dans notre langue, ce qui permet de dépasser les « ombres » que sont les usages (par exemple entassés sans des « dictionnaires » autres que le lexique, à reconnaître par chacun ; et la « grammaire » qui enseigne des normes et non des règles de syntaxe). Précisant que, dialectiquement, les usages détiennent leur valeur propre, servant à la vie personnelle et collective (comme dégagés dans le Chapitre 1 de « Terreurs »), les façons de parler (Tome 1 sur le Domaine des Langages) fournissant les outils générant formes de pensées utiles à l’existence (affects, fonctifs, percepts, concepts, élaborés par Deleuze).

9-langages.jpg
Dans « Les Lumières d’Altérion » : Tome 1 – "Le Chenal des Enfers", chapitre 2

Si les Aspirants de la Grotte de la Squaw sont destinés à devenir Analystes au terme de leurs épreuves, les Postulants du Domaine sont dénommés tels s’ils choisissent d’affronter 3 des espaces d’activités qui leur sont offerts :

  • Amphithéâtre de la Discussion (langage d’analyse),

  • Chalet de la Sophistique (langage de paralogismes et de duperies verbales à démasquer),

  • de sorte à aboutir au Chenal des Enfers qui élève au sublime par la Création Poétique de récits romanesques (initiation à la beauté littéraire, véracité par rhétorique appliquée au véridique historique retracé par les Sections du Chenal).

 

Les autres Visiteurs, qui répugnent à accéder à la Création, ont le loisir de s’initier aux six autres langages. Dès leur arrivée, leur est fait un topo (six fonctions de la communication, oral et écrit, performance/compétence, etc.), puis ils passent à deux variétés de langage :

  • Affectif (3 Emotions basiques : rire, larmes, colère ), qui nous purgent de tensions, à ne pas amalgamer avec une gamme considérable

  • de Passions (fabulations),

des échantillons portant sur Charme, Conquêtes, Voluptés –extraits des 173 passions exposées par Descartes- étant illustrés pour eux par des comédiens, des « Mousquetaires » incarnant des écrivains se glissant pour leur soumettre des citations opportunes complétant les scènes jouées.

 

Le repas pris dans la Chaumière est à considérer comme un moment de Conversation. Le langage Didactique se répartit entre roulottes pour jeux éducatifs, exercices en école des savoirs et tests ludiques en labo de recherches. Le Serment initie à l’obligation de respect d’une parole jurée dans un temple ; un Débat, sur le Climat, se déroule sur un Parvis des Gueux, art de négocier à des compromis, distinct de Polémiques passionnelles montrées dans une Clairière jouxtant la Sophistique afin d’y préparer. Une Aire accueille, devant yourte et tipi, à un Dialogue empathique sur un des 4 sujets délicats, sources de conflits (religion, argent, politique, sexe).

 

En outre, beauté littéraire et beauté plastique sont mises en scène afin d’éveiller à ce Sentiment. Dans 3 Pavillons, des Soupers sont animés par de curieux « Totems », êtres victimes de drames et de malheurs dont ils se sont guéris grâce à la catharsis générée par des œuvres auxquelles ils se sont identifiées : Dionysos est centré sur le beau bizarre, Phèdre concerne l’élévation de l’âme et Apollon correspond à l’équilibre ; les œuvres « totémiques » y sont épluchées, en vue du Sublime à conquérir dans le Chenal. Orangerie, Allées de Pygmalion et Atelier d’Art font admirer des maquettes architecturales, tableaux-photos-statuettes-dessins : des jeux verbaux y sont suscités car ces arts ne sont pas muets.

      Traité  métaphysique :
Réflexion méthodique pour reconnaître des vérités

1 – Une triple discussion de l’allégorie de la Caverne, autour de la double passion terrorisante des prétentions et des défenses

  • Une quête de « vérités » autres qu’une acquisition de connaissances : des illusions « ontologiques » et des contresens sur l’éthique.

  • Une libération de soi qui ne s’accomplit que par conflits avec les autres et dans un cadre institué : un savoir constitué terrorisant.

  • Une intersubjectivité constitutive de l’être humain : la diversité irréductible des expériences collectives.rend problématiques les valeurs connaissables.

  •  Perspectives pour des développements : affronter un simplisme terroriste et ses complexes pour amener à progresser du simple au complexe.

 

2 – Altérités et compréhension entre interlocuteurs

  • Toute parole, à soi-même comme à d’autres, ouvre une dualité entre compréhension et absurde.

  •  Voir des choses conduit à une conscience de regarder à plusieurs : les apparitions des apparences.

  •  Chocs et déblocages : des seuils au supportable offrent l’occasion de développer les points de vue.

  • Un sensible « phénoménal » : en deçà des réactions affectives et des complaisances à l’affectation, un monde « pour soi » est à accueillir.

 

3 – Conditions pour se faire auteur d’énoncés personnels par les pratiques du verbe

  • Des informations requises mais sans que leur acquisition soit organisable collectivement.

  • Un informel insoupçonné présent dans les représentations construites.

  • Toute activité s’effectue par commentaires ; mais tout mensonge n’est efficace qu’en se détournant des actes qu’il évoque.

  • Un abîme de mutisme auquel s’arracher, mais une vertu de silences auxquels se confier.

 

4 – Crédits collectifs et humanité légitime

  •  Cooptations substituées aux coopérations : consacrer et promettre escamotent les responsabilités à assumer.

  •  Les succès confondus avec une popularité : publics absents des spectacles alors qu’ils sont l’horizon des œuvres.

  •  Les exigences à promouvoir sont marquées par des fabulations qui persistent en dépit de connaissances acquises sur ces sujets.

  •  Un refus des cultures par identification oppressive entre des « niveaux » et des « registres » de langue.

 

5 – L’aventure d’une instruction

  • Une pathologie structurelle du « normal » : « sauvagerie » indépassable de l’individu socialisé.

  •  Le normatif et le contractuel : pas de modèle universel d’un « adulte » (ni d’enfants, d’adolescents, de vieillards), et des juges en procès.

  • Instruire à une parole vraie malgré les contraintes éducatives.

  •  Explorer des « univers » singuliers pour inventer un monde personnalisé.

téléchargement.jpg
Galaxigne.jpg
Dans « Les Lumières d’Altérion » : Tome 2 – "La Renaissance des Totems" Chapitre 3 : Galaxigne, le règne des images

L’étude linguistique des images fait l’objet d’un Iconorama disposé en Allées qui commentent des exemples (BD et photos) . Réf Christian Metz.

Sont exposés les 8 variables basiques construisant : 

  • les significations (langage iconique non « motivé » mais relativement « arbitraire » : de Saussure à dépasser) ;

  • degrés de schématisation ;

  • cadrages (angles et axes de vision, échelles de plans, formes des cadres et vignettes) ;

  • textes et images (bulles et encarts, lettrages, onomatopées, idéographie) ;

  • découpage et montage (tonalités, rhétorique analogique, dénotations et connotations) ;

  • limites de l’image (marques de temps, lieux, mouvements, bruits) ;

  • spécificité d’imaginaire.

Un chapitre entier est consacré à ce mode langagier, fusionné au mode verbal pour constituer « le langage », car à mesure des évolutions culturelles, les images ont envahi nos espaces et accaparent notre attention.

Ainsi, dans Galaxigne, des Annexes à l’Iconorama se focalisent sur la diversité des codes imagiers :

  • images sonores (cris animaux et autres bruits ; musiques et chansons) ;

  • images graphiques (peintures, dessins) ;

  • images plastiques (sculptures, danse) ;

  • images gestuelles et mimiques (expressivité et signalisations) ;

  • architecture.

D’autre part, la présence massive de magazines illustrés comme de messages filmiques a motivé un Quartier Medias Jobs :

  • Boulevard des Propagandes

  • et Avenue des Publicités flanquent

  • une Rue de la Presse en vue de différencier au mieux Communication (ses messages partisans prétendant par sophistique à l’objectivité -storytelling et tabloïds- tout comme les spots publicitaires dissimulent leurs tromperies et leur marketing acharné) et Information (documentaires, enquêtes approfondies et investigations : ou il s’agit de rassembler le maximum de données exhumées de « bruits » et soupesées dans leurs impacts collectifs. Cela correspond au Chapitre 2 de la 1° Partie de « Terreurs ».

 

Dans la salle Caricatures de l’Annexe Images graphiques, sont initiés des Trivids –jeux vidéo bricolés- qui soumettent des énigmes sur les Droits tels qu’ils ont régné selon des époques de longue durée. Les joueurs ont mission de caractériser les pratiques d’oppression dominatrice ou de libération égalitaire dans chaque système juridique. Compléments du Chenal des Enfers, initiés à l’aide des Totems, ces jeux par images à composer à partir d’un canevas projettent de contribuer à imaginer des avenirs collectifs autres que résignés ou aux promesses trompeuses…

BASE.JPG
Dans « Les Lumières d’Altérion » : Tome 2 – "La Renaissance des Totems" Chapitre 4 : Le Palais des Mirages, langages et civilisations

Le Palais des Mirages aborde la 2° Partie des « Terreurs », cultures et croyances, par la géostratégie mondiale.

Sous un dôme, sept « Globes » articulés se succèdent, chargé de visualiser le « monde » dans ses institutions politiques, décidées au cours du 20° siècle. Les Globes combinent analyse conceptuelle (sociologie du droit, ethnologie sur des cultures laïques ou religieuses, etc.) avec des savoirs entachés de croyances où la mythologie sert des pouvoirs possessifs. (Chapitre 2 N° 3 et N° 4).

Il ressort de ces visualisations que deux guerres mondiales ont précipité le gigantisme industriel enclenché au 19° siècle (marine, aviation, transports routiers, chimie, ravitaillements, transférés du militaire au civil, en modes de productions intensives), ont fait voler en éclats les balbutiements d’un ordre international (SDN, tentative inaboutie héritée des Lumières). L’économique prend le pas sur le politique : face à Yalta, l’OMC jugule l’ONU subrepticement, cette dernière étant minée par des accords partisans, Pacte de Varsovie répondant à l’OTAN. Les colonialismes imposent G7 et G 20, tandis que le dollar se substitue à l’or et sert de levier aux USA pour faire régner mondialement un impérialisme étouffant les démocraties.

La langue anglaise phagocyte cinéma, chansons, publicités : l’effondrement du Mur répand la culture mercantile anglo-saxonne, ayant balayé ses « Peace and Love » des années 60 ; mais une phase « pluri-polaire » émerge au Globe 7, avec une Chine leader des « BRICS » et un  Moyen-Orient menaçant l’Occident.

Des Novices, pour se faire Stratèges, ont à construire un Globe 8 reprenant des essais antérieurs de démocratie sociale, qui remédierait aux menaces de crises écologique, financière et sociale qui se profilent. Outre l’utilisation des Trivids de Galaxigne, sont fournis un « Mondiopoly » sur une caste de Milliardaires (Olympiens, Mastodontes, Rapaces, Voraces, Gloutons, Janus et Mercenaires) qui mènent le bal mondial. Il s’articule à un « Mayamana » de Portraits où Mana-Vertu lutte contre Maya-Illusion