LA SAGA SELON CARDABELLA

Selon l'auteur, Jean-Claude Diébolt : "Ma saga obéit au Kant de l’esthétique transcendantale, notre sensibilité qui développe espace et temps existants. J’y ai appris que la flèche de la temporalité, « du passé à l’avenir » n’est qu’un point de vue restreint, tandis que le temps nous plonge dans la durée et le simultané, débordant le successif… Bref, nos existences baignent dans un passé qui se prolonge, ne se découpent pas en instants mais font coexister des moments très éloignés dans leur succession…"

Un livre
Selon Cardabella, chemineuse/lectrice
  • «Quand tu veux construire un bateau, ne commence pas par rassembler du bois, couper des planches et distribuer du travail, mais réveille au sein des hommes le désir de la mer grande et belle.»  Antoine de Saint Exupéry ;

  • « …L’émancipation est à saisir comme l’affirmation d’un partage commun du monde… » - Le maître ignorant de Jacques Rancière ;

  • « …s’affirmer copartageants d’un monde commun, pour y faire voir ce qui ne se voyait pas…» - Le spectateur émancipé de Jacques Rancière

Une vision qui pour moi pourrait se résumer

par ces trois pensées 

Sous couvert d’une épopée, d’une saga métaphysique, « Les Lumières d’Altérion » expose une peinture en clair-obscur de la géopolitique mondiale et en particulier de l’économie mondiale. Un conte romanesque d’anticipation prospective pour mesurer la distribution des cartes de la puissance entre les nations, entrevoir toute la diversité des atouts et des faiblesses des États : celle obscure dans ses pratiques, celle lumineuse par ses promesses, toutes deux dévoilées par la pratique de la dialectique proposée par l’auteur.

 

Deux chemins parallèles qui s’entrecroisent et qui s’enrichissent mutuellement. Dans ce double cheminement, le livre ajoute à l’exposition du questionnement sur la géopolitique mondiale et l’économie dominante les « outils » d’acquisition de connaissances, de la construction de l’émancipation à partir de la théorie de la disjonction et qui sont, de mon point de vue, le vrai centre de proposition de cet ouvrage qui esquisse une vision du monde plus juste, plus solidaire et invite à regarder le monde différemment.

Si les sujets abordés dans  cette saga sont "sérieux", sa lecture vous invite au JEU. Un jeu de piste politico-écono-philosophique, jubilatoire qui bouscule les neurones et qui vous fait devenir plus savant. 

Aux cotés des aspirants/postulants, saurez-vous relever les défis proposés au coeur de la Grotte de la Squaw, détecter les enfumages, utiliser le bon sens des mots? 

Bref, une façon ludique de se confronter à la pensée de Platon et celle de l'auteur pour sortir de sa caverne.